Women Equity 50 2018
Publié le 22 Février 2011

Le groupe BPCE (Banques Populaires – Caisses d’Epargne), lance un programme de féminisation des fonctions dirigeantes. Si la démarche n’est pas nouvelle, elle s’adresse non seulement aux femmes, mais également aux hommes, qui sont ainsi parties prenantes d’un véritable changement de mentalité.

Constituer un vivier de hauts potentiels

La publication, dans les dernières années, de plusieurs études mettant en évidence le lien entre féminisation de l’encadrement et performances des entreprises, a poussé certains groupes à revoir leurs politiques de ressources humaines. Trop souvent cependant, il s’est agi de politiques d’affichage, destinées à améliorer l’image de l’entreprise, sans pour autant constituer de leviers pour un véritable changement de paradigme intra-entreprise. 

Pour la BPCE, la question de la féminisation se pose dans un contexte de vieillissement des effectifs. Ainsi comme l’explique les responsables du programme de féminisation des fonctions dirigeantes du groupe,  l’absence d’un vivier de cadres aptes à prendre des fonctions élevées devenait crucial, alors même qu’un tiers des dirigeants vont cesser leur activité dans les trois ans à venir. Dans cette situation, seule une politique volontariste d’identification des talents permettrait de répondre au double impératif de renouvellement des générations et de féminisation de l’encadrement d’un groupe dont la moitié des salariées sont des femmes.

Un programme sur-mesure…

Le groupe BPCE, dans le cadre de son rapprochement avec les caisses d’épargne, avait d’ores et déjà mis en place plusieurs programmes à destination des cadres, et ce dans le but de favoriser des synergies entre les réseaux Banques Populaires et Caisses d’épargne. Ces programmes comprenaient des sessions de formations ou de perfectionnement en management, selon l’âge et l’expérience des managers. Cependant, ces programmes n’intégraient pas de dimension genre. Or, ainsi que les responsbles du programme l'explique, la présence minoritaire des femmes dans les échelons supérieurs de la hiérarchie est un problème complexe, en partie culturel, qui nécessite une réponse spécifique. A ce titre, le groupe a constitué un vivier de 180 « Femmes de Talents », issues de l’ensemble des deux réseaux, à qui est offert un programme de développement spécifique. Si ce programme de coaching s’apparente à de nombreuses initiatives similaires, le groupe a néanmoins tenu à ce que les hommes soient également impliqués. 

… Egalement destiné aux hommes

C’est l’originalité de l’initiative mise en place par la BPCE. Ainsi, les hommes occupant des fonctions managériales vont être entraînés pour mieux détecter les hauts potentiels féminins au sein de leurs équipes, et les faire progresser. De la même manière, le groupe considère que la question de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ne doit pas être envisagée uniquement du côté des femmes, afin de permettre aux hommes de prendre conscience de ces contraintes dans un projet professionnel.

S’il n’est pour l’instant pas question de résultats, on remarquera néanmoins que ce programme s’inscrit dans une stratégie globale de féminisation, qui ne se limite pas à l’encadrement intermédiaire. En effet, au mois de décembre, le groupe bancaire a nommé deux femmes à son conseil de surveillance : Marie-Christine Lombard, présidente de TNT Express, et Maryse Aulagnon, PDG du groupe Affine.

 

External link

Banques Populaires Caisses d'Epargne

Related Link

Genre et Finances

Pour une meilleure valorisation des emplois occupés par des femmes

Women in Business

Focus sur Novethic, spécialiste de l’ISR

Women in Business

Sexe des dirigeant(e)s et accès aux responsabilités des femmes

Subscribe

Vous souhaitez accéder gracieusement à l’ensemble des contenus disponibles sur le site (études, comptes-rendus de recherche, interviews, etc.) ou à la newsletter de Women Equity for Growth, inscrivez-vous.

Enregistrez-vous