Women Equity 50 2017
Publié le 1 Septembre 2013

Le 27 août, les locaux de Talentia Software (anciennement Lefebvre Software) à Rueil-Malmaison ont accueilli la visite de trois ministres : Najat Vallaud-Belkacem, Ministre du Droit des Femmes, Fleur Pellerin, Ministre déléguée auprès du Ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'économie numérique et Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui présentaient le nouveau plan d’accompagnement de l’entrepreneuriat féminin

Viviane Chaine-Ribeiro revient sur son parcours au sein de Lefebvre Software. Lorsqu’elle arrive à sa tête en 2007, l’entreprise compte 200 salariés, réalise 16 millions de chiffre d’affaires et quatre millions de perte. Six ans plus tard, après un LBO opéré avec succès (en 2011, en partenariat avec Women Equity Partners), Talentia réalise entre 50 et 55 millions de chiffre d’affaires (dont près de 25% à l’étranger) et sa profitabilité frôle les 20%. Viviane Chaine-Ribeiro a longtemps été la seule femme à la tête d’une entreprise informatique. Elle préside aujourd’hui la Commission Femmes du Numérique du SYNTEC numérique, la Commission Croissance des TPE-PME du MEDEF, et est vice-présidente du Women in Leadership aux côtés de Thaima Samman.

Plusieurs femmes chef d’entreprise, de réseaux, ou d’associations partenaires du nouveau plan d’accompagnement ont ensuite pris la parole, dont Anne Florette, de France Active, qui s’étonne que les plafonds des garanties d’emprunts bancaires soient encore différenciés selon le sexe du dirigeant : 45 000€ pour un homme versus 27 000€ pour une femme, bien que le taux de survie des entreprises à 3 ans soit le même (environ 78%).

Fleur Pellerin, Ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'économie numérique, constate qu’il y a en France un problème historique et culturel vis-à-vis de l’entrepreneuriat : on ne dispose que de très peu de role models entrepreneuriaux, et encore moins féminins. Une évolution favorable de l’image de l’entrepreneur semble pourtant se dessiner selon la Ministre : 61% des Français ont une opinion favorable des entrepreneurs, alors que la moyenne européenne tourne autour des 50%.

Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, rappelle le poids des stéréotypes dans les modèles véhiculés auprès des enfants dès leur plus jeune âge : une quasi-absence de modèles féminins en position dirigeante, ou alors des stéréotypes de femmes autoritaires. Une action est nécessaire, ainsi qu’en témoignent les chiffres des écoles d’ingénieur pour lesquelles il faudrait attendre 2075 pour atteindre une parité entre les élèves.

Najat Vallaud-Belkacem, Ministre du Droit des Femmes, remarque que la France accuse un retard en termes d’entrepreneuriat féminin sur les Etats-Unis : sur la classe d’âge 18-64 ans, seules 3% des Françaises ont créé ou repris une entreprise, contre 10% aux Etats-Unis. L’objectif du plan est de faire progresser de dix points (de 30 à 40%) le pourcentage de femmes créatrices d’entreprise d’ici à 2017.

Le plan de soutien à l’entrepreneuriat féminin s’articule en trois axes :

Le premier est le rassemblement de l’information et la sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin dès le plus jeune âge : sensibiliser à l’entrepreneuriat féminin en agissant dès la 6ème pour proposer dans les collèges, les lycées et l’enseignement supérieur un programme découverte avec des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat et de promotion, en mobilisant des cheffes d’entreprise, en incitant la mise en place de module de formation, etc ; constitution d’un espace d’information et d’orientation sur l’entrepreneuriat féminin en créant un site de référence s’appuyant sur l’APCE ; valorisation de l’entrepreneuriat des femmes à travers des concours locaux avec l’appui de Bpifrance.

Le deuxième axe concerne l’accompagnement des femmes entrepreneures : mobilisation des acteurs locaux autour des programmes de mentorat : signature d’accords dans toutes les régions en associant divers acteurs de l’emploi et de l’entrepreneuriat (Missions locales, Pôle Emploi, Déléguées Régionales aux Droits des Femmes et à l’Egalité (DRDFE ainsi que Bpifrance et les directions régionales de la Caisse des dépôts, l’objectif étant de choisir des actions prioritaires suivant les régions ;renforcement de la professionnalisation des réseaux d’accompagnement : création d’un socle commun de prestation d’accompagnement afin d’agir localement mais aussi globalement.

Le troisième et dernier axe est celui de la facilitation d’accès au financement : aider les femmes à rassembler une bonne capitalisation initiale grâce à des solutions de financement spécifiques, proposées par Bpifrance ; faciliter l’accès des femmes aux financements de droit commun par la signature d’accords notamment avec la Fédération Bancaire Française, etc.

Related Link

Genre et Finances

MBO de Lefebvre Software : premier investissement de Women Equity Partners

Subscribe

Vous souhaitez accéder gracieusement à l’ensemble des contenus disponibles sur le site (études, comptes-rendus de recherche, interviews, etc.) ou à la newsletter de Women Equity for Growth, inscrivez-vous.

Enregistrez-vous