Journée de la femme 2010

Gilberte Beaux s’est imposée comme la principale figure féminine des affaires en France dans les années 70 et 80, notamment en tant que Directrice générale de la Générale Occidentale, une importante holding de participations

Née en 1929, Gilberte Beaux vit une enfance marquée par la guerre et par la faillite de l’entreprise de son père qui plonge sa famille dans le dénuement. Afin de subvenir aux besoins des siens, elle ne poursuit pas d’études supérieures et entre en 1946, à 17 ans, comme sténodactylo au sein de la banque Seligmann. Elle y progresse rapidement, jusqu ‘à devenir fondée de pouvoir de la banque en 1951, suivant en parallèle de son travail les cours du soir de l’Institut technique de Banque dont elle sort major.


Elle quitte la banque Seligmann en 1956, débauchée par l’un des associés du groupe qu’elle suit au sein du groupe Fiat-Simca où elle s’occupe des crédits à l’exportation et de la gestion de portefeuilles boursiers en relation avec des agents de change. Elle s’initie ainsi à l’analyse financière, une profession qu’elle a rejoint suite à un parcours non-conformiste mais qu’elle contribue à institutionnaliser en créant un club informel qui deviendra la Société Française des Analystes Financiers (SFAF).

 

Gilberte Beaux, Fondatrice de la Générale Occidentale
Gilberte Beaux, Fondatrice de la Générale Occidentale

En 1967, elle rencontre Jimmy Goldsmith, avec qui elle s’associe pour fonder la Générale Occidentale, une holding de participations qui lui permettra d’exploiter son expertise de la finance et une énergie et une ténacité hors pair dans les négociations. Elle mène une OPA sur le groupe Bovril, rachète Grand Union, fait l’acquisition de l’Express et se jette à l’assaut des Presses de la Cité. En parallèle, elle gère aussi la Banque Occidentale pour l’Industrie et le Commerce. Dans les années 1980, Gilberte Beaux devient également la conseillère économique de Raymond Barre, et la Trésorière de son mouvement lorsqu’il se présente aux élections présidentielles de 1988.


En 1990, elle participe avec Bernard Tapie au rachat de l’équipementier sportif Adidas et contribue à redresser l’entreprise qui connaît de grandes difficultés avant qu’elle ne soit revendue au groupe Dreyfus. Gilberte Beaux est aujourd’hui retirée des affaires, mais n’en reste pas moins active dans les réseaux d’affaires féminins.

Générale Occidentale

 

  • Holding appartenant à  Jimmy Goldsmith, la Générale occidentale a été fondée en 1968, et a pris des participations dans de très nombreuses entreprises, dans des domaines aussi variés que la distribution alimentaire, l’immobilier, les produits pétroliers, les ressources forestières et les médias.

 

  • En 1987, Goldsmith cède la Générale Occidentale à CGE. La société représente alors près de 20 milliards de francs de chiffre d'affaires et près de 500 millions de francs de bénéfices.

Related Link

Entrepreneuriat féminin

Journée Internationale des Femmes

Women in Business

Ariane Obolensky - Fédération Bancaire Française

Genre et Finances

Sophie Dingreville - Iris Capital

Entrepreneuriat féminin

Chantal Parpex - CDC Innovation

Subscribe

Vous souhaitez accéder gracieusement à l’ensemble des contenus disponibles sur le site (études, comptes-rendus de recherche, interviews, etc.) ou à la newsletter de Women Equity for Growth, inscrivez-vous.

Enregistrez-vous